La stratégie Meiji : comment devenir numéro 1 quand on n’a pas d’idées

Vous voulez rejoindre la partie, mais tous les autres joueurs sont plus expérimentés que vous. Comment allez-vous triompher de vos aînés ? C’est l’éternel défi posé à la jeunesse, aux startups et aux nations naissantes.

 Les anciens vous auraient recommandé de jouer patiemment le jeu et d’attendre votre tour ; les baby boomers, de renverser la table et de prendre le pouvoir. Ma génération, marquée par Steve Jobs et le renouveau de l’entrepreneuriat, cherche à “changer les règles”. Il faut une idée disruptive, retirant aux concurrents établis leurs avantages : vendre en ligne plutôt qu’en magasin, s’étendre en plateforme plutôt que par salariat, par algorithme plutôt qu’avec des experts, etc.

 Nous sous-estimons les risques de cette approche parce que nous étudions uniquement les entrepreneurs à succès -et oublions la foule de ceux qui échouent. Distinguer a priori les bonnes idées des mauvaises est hasardeux [1]. Peut-être avez-vous découvert une façon de vous rendre utile à laquelle nul prédécesseur n’avait pensé… mais il reste plus probable que vous ayez juste tort.

 Dans ma pratique entrepreneuriale, j’ai appliqué une autre stratégie -moins flamboyante- pour trouver une place face à des concurrents établis. Quoiqu’ancienne, elle se prête particulièrement à l’ère digitale. Elle tire son nom de l’extraordinaire montée en puissance du Japon moderne.

La stratégie Meiji

En 1853, les Etats-Unis et leurs canonnières forcent le Japon isolationniste à rejoindre le jeu mondial. Le jeune Empereur Mutsuhito redoute que son pays finisse comme la Chine, découpée quelques années auparavant par les armées européennes supérieures. Que faire ? Acheter des canons ne suffira pas, car la puissance militaire occidentale s’appuie sur un système économique et politique cohérent.

Aucun texte alternatif pour cette image

 Le jeune Empereur va alors hacker la révolution industrielle. Pendant quarante ans, le pays va absorber avidement les technologies, idées et systèmes que l’Europe a développé en plus d’un siècle. En 1905, la marine japonaise défait la flotte russe à Tsushima, prouvant à l’Occident ébahi que sa supériorité est moins une affaire de race que de technique. Et une technique peut être copiée…

La stratégie Meiji est l’application de méthodes d’apprentissage accéléré pour atteindre puis dépasser le niveau technique de son adversaire.

 Cinquante ans, cela peut vous paraître long, mais vous ne cherchez sans doute pas à transformer un pays féodal en puissance industrielle. Vous avez en outre un avantage considérable pour apprendre des meilleurs : Internet. Wikis, vidéos, Mooc, formations bon marché… Peu de domaines sont aujourd’hui inaccessibles à qui sait apprendre.

Les 5 avantages de la stratégie Meiji

La stratégie Meiji n’est pas copie mécanique des méthodes gagnantes. Au lieu de chercher une idée nouvelle, vous concentrez votre intelligence et votre créativité sur les façons d’assimiler plus vite un modèle qui a déjà fait ses preuves. C’est moins difficile qu’il n’y paraît, pour plusieurs raisons :

 1. L’apprentissage est rarement optimisé

Prenons l’exemple d’une équipe de football qui perdrait presque tous ses matchs. Des onze joueurs, seuls 7 sont conscients qu’au-delà de la malchance, il y a un problème structurel dans leur jeu. Parmi ces 7, 3 sont suffisamment motivés pour activement chercher des solutions, peut-être en imitant leurs adversaires. De ces 3 joueurs, un seul va faire un dernier pas de recul : que faudrait-il pour acquérir les techniques des meilleures équipes, en moins de temps qu’il ne leur en a fallu à elles ? Ce joueur applique la stratégie Meiji.

 Peu de gens optimisent l’apprentissage lui-même, d’abord parce que les méthodes nécessaires sont peu enseignées : il m’a fallu des années de recherche personnelle pour découvrir les principes pédagogiques d’espacement [2], de difficulté désirable [3] ou l’intemporelle méthode des loci [4].

 L’enseignement, de la primaire au supérieur, n’est pas organisé pour réduire la durée des cursus, et ce pour un ensemble de raisons que je ne détaillerai pas ici (conservatisme, culture du Bac+Prestige, volonté de limiter les décrochages, frais de scolarité à l’année, etc.). La recherche d’efficacité ne s’y fait que dans la perspective immédiate de certains concours, et encore vise-t-elle la seule mémorisation de courte durée.

Aucun texte alternatif pour cette image

 Comment croire que l’apprentissage intelligent se développerait ensuite en entreprise ? Il devient difficile de sacraliser une heure de concentration. Les urgences écrasent tous les efforts dont l’horizon dépasse le trimestre. Les rares formations sont le plus souvent abordées passivement, comme des événements de team-building. Symptôme et conséquence : les travailleurs français sont mal classés dans les enquêtes OCDE évaluant le niveau de formation [5].

 La stratégie Meiji vous ouvre ainsi une autoroute peu fréquentée, moins risquée que l’innovation disruptive et ses chemins de campagne.

2. Le modèle marche déjà

En effet, au lieu de tester un marché potentiel, vous allez développer une offre qui trouve aujourd’hui déjà ses clients. Même si vous faisiez exactement comme vos concurrents, vous limitez considérablement le risque d’échec. En pratique, il y a toutes les chances que vous réussissiez à faire mieux, parce que vous avez deux autres avantages.

3. Vous affrontez des exécutants

Sauf à concurrencer directement l’inventeur du modèle, vos adversaires sont des exécutants. Cela signifie qu’ils ont appris le métier de quelqu’un d’autre ou en suivant une procédure, et comme 1. L’apprentissage est rarement optimisé, la majorité d’entre eux a une connaissance superficielle du sujet. Monter un seul meuble Ikéa selon sa notice ne vous rend pas capable d’en concevoir.

 La stratégie Meiji, c’est faire la rétro-ingénierie soigneuse du système qui marche, chercher ses règles profondes plutôt que des solutions toutes faites. Repartant de 0, vous pourrez vous débarrasser de ce qui relève de l’imitation sans âme et conserver du modèle ce qui fait réellement son efficacité.

 Par exemple quand les mêmes Japonais entreprirent de concurrencer l’industrie automobile américaine après la Seconde Guerre Mondiale, il ne copièrent pas le taylorisme des grandes usines tel quel. Ils cherchèrent à éliminer les gâchis générés par les grandes chaînes de montage, et affinèrent une méthode -le toyotisme- à même de battre les américains à leur propre jeu.

Aucun texte alternatif pour cette image

 Ce qui nous amène au dernier avantage de la stratégie Meiji.

4. Vous innoverez en chemin

Ayant découpé ce qui marche en morceaux, puis réassemblé activement votre formule, vous avez toutes les chances de découvrir d’authentiques innovations. Vous n’auriez probablement pas eu ces idées en regardant le marché cible de l’extérieur : il faut l’avoir pratiqué.

 L’horizon technique s’éloigne chaque jour un peu plus [6], favorisant ceux et celles qui savent couvrir plus vite le terrain déjà exploré. Dans le nombre croissant d’industries où le savoir est la principale barrière à l’entrée, vous pouvez ainsi entreprendre efficacement avec le seul avantage d’une curiosité bien outillée.

[1] Simonton D. K. (1997). Creative productivity: a predictive and explanatory model of career trajectories and landmarks. Psychol. Rev.

[2] https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_d%27espacement

[3] https://en.wikipedia.org/wiki/Desirable_difficulty

[4] https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9thode_des_loci

[5] https://www.oecd.org/fr/france/Skills-Outlook-France-FR.pdf

[6] https://pubs.aeaweb.org/doi/pdfplus/10.1257/aer.20180338

Les articles recommandés

Trouvez vos raccourcis

Trouvez vos raccourcis

https://www.youtube.com/watch?v=ySfKEzfzaeM Si comme moi vous voulez explorer l'Inconnu, il existe une direction peu...